Volume XXV Numéro 4, 26 OCTOBRE 1998
14/09/98 28/09/98 12/10/98 26/10/98 9/11/98 23/11/98 07/12/98
18/01/99 01/02/99 15/02/99 01/03/99 15/03/99 29/03/99 12/04/99
LA UNE

Nouveau vice-rectorat consacré à la recherche
Un rôle d'appui, d'animation et d'accompagnement


Aménagement du territoire
450 000 $ pour un projet du GEIGER


SOMMAIRE DU NUMÉRO

Génie logiciel
Nos experts appelés à définir la profession


Aménagement forestier durable
Inauguration d'une Chaire industrielle CRSNG*UQAT*UQAM


«Cultiver les réflexes de créativité et d'imagination»
- Paule Leduc, rectrice


Six candidats en lice pour les postes de doyens

Atelier international en environnement
La qualité des eaux du Saint-Laurent et du lac Biwa


Recherche-action en milieu scolaire
Transformer l'enseignement de la danse


De nouvelles pistes d'action pour l'encadrement des étudiants

Colloque en droit privé
20 ans de recours collectif


Nouveau programme de deuxième cycle
en enseignement du français


Prix de littérature

Des diplômés en gestion honorés

Hommage à Pierre Dansereau

«L'avènement étudiant»

Centre de design
«L'espace libre dans la ville»


Campagne Centraide UQAM 1998
Des sous pour changer les choses


De nouvelles pistes d'action pour l'encadrement des étudiants
Dans l'ordre habituel, Mme Nadia Palkiewicz du Décanat des études de premier cycle, M. Robert Couillard, doyen adjoint du Décanat des études de premier cycle, et M. Christian Bégin de la section d'aide et de soutien à l'apprentissage aux Services à la vie étudiante.

Voici le premier de deux articles portant sur un document intitulé Pistes d'action pour l'encadrement des étudiants qui était acheminé dernièrement vers les différentes Facultés. Ce document, conçu comme un cadre de référence institutionnel et préparé par l'ancien vice-rectorat à la formation et à la recherche, en collaboration avec le vice-rectorat aux services académiques et au développement technologique, se veut un outil d'animation proposant une approche novatrice de la problématique de l'encadrement à tous les cycles. On se rappellera que le rapport du Comité des suivis avait reconnu l'importance centrale de l'encadrement en vue d'accroître la qualité de la formation et la réussite aux études, objectif principal du projet de changement à l'UQAM.

Le contexte
Les propositions de ce plan d'action sur l'encadrement des étudiants, lequel devrait se réaliser sur une période de trois à cinq ans, s'enracinent dans les analyses et réflexions qui se sont faites dans l'ensemble de l'UQAM au cours des dernières années. Comme l'explique le doyen adjoint du décanat des études de premier cycle, M. Robert Couillard, «il y a eu un travail continu sur ce dossier depuis 1994». L'encadrement des étudiants, précise-t-il, représente une priorité institutionnelle et un investissement stratégique, et c'est pourquoi un budget nouveau lui a été consacré. «L'objectif était de se donner une problématique non pas ponctuelle mais couvrant l'ensemble des dimensions du problème. Il s'agissait de cibler une intervention qui soit à la fois efficiente et structurante. Certaines des mesures envisagées, comme le monitorat de programme, auront des effets immédiats et d'autres d'ici trois ou quatre ans».

Des étapes à franchir
La mise en oeuvre du plan d'action implique d'abord un soutien et une animation de la démarche de réflexion des unités sur leurs activités d'encadrement. Il s'agit d'aider les programmes et les départements à répertorier les mesures d'encadrement existantes, les besoins nouveaux identifiables et les actions qui pourraient être envisagées. Selon M. Couillard, tous les programmes sont admissibles, mais certains d'entre eux (une vingtaine), où le nombre d'abandons réels est plus important, feront l'objet d'une grande attention dès la première année. «Même si le phénomène des abandons concerne tous les programmes, l'objectif, précise-t-il, est de réduire du quart le nombre d'abandons dans les programmes les plus touchés, et ce après la première année».

Outre la publicisation du document Pistes d'action, certaines mesures interviennent pour réaliser l'ensemble de la démarche: une collaboration étroite avec les conseils académiques des Facultés et leurs doyens; la formation d'un comité de pilotage qui dirigera la mise en oeuvre des pistes d'action sur l'encadrement; une opération de sensibilisation et d'animation dans les Facultés; la mise sur pied d'un comité technique et d'une équipe d'animation1. «Le comité de pilotage, souligne M. Couillard, sera le comité politique, celui qui donnera les grandes orientations. Quant au comité technique, bras opérationnel du comité de pilotage, il aura à assurer l'efficience et la cohérence de la démarche. Enfin, l'équipe d'animation sera responsable, au quotidien, de la réalisation des pistes d'action. Elle fera les ajustements nécessaires et alimentera la réflexion».

Par la suite, afin de constituer une véritable stratégie de réussite des études, un plan d'encadrement sera élaboré par les départements et programmes concernés. Ce plan inclura des mesures existantes ainsi que de nouvelles issues de l'étape d'animation, de manière à former des activités structurantes. Puis, ce sera l'évaluation des effets des mesures implantées et le réajustement de certaines interventions.

Des principes directeurs
Le choix des différentes actions et mesures s'appuie sur certains principes directeurs qui serviront de critères aux décisions. On privilégiera d'abord une approche globale visant une articulation-intégration des interventions. On cherchera ainsi à assurer la dimension structurante des pistes d'action et des effets durables. Les interventions seront également choisies en fonction de leur efficacité immédiate: cibler les situations les plus graves ou les plus urgentes, là où les retombées seront les plus importantes par rapport à la fréquentation et aux taux d'abandon. On veut, enfin, développer une approche proactive qui, comme l'explique Christian Bégin de la section d'aide et de soutien à l'apprentissage aux Services à la vie étudiante, consiste à mobiliser et à soutenir les unités et leurs étudiants qui veulent s'engager dans un plan d'action, et à susciter des interventions.

Dans un prochain article, nous traiterons des actions et mesures concrètes qui sont proposées dans le plan d'action, d'un modèle pour une approche globale et intégrée de l'encadrement et du rôle des enseignants.


  1. Le comité de pilotage est constitué de la vice-rectrice à la formation, des doyens ou de leurs représentants, des cadres des vice-rectorats concernés, et d'étudiants. Quant au Comité technique, il est composé de cadres des vice-rectorats et de représentants des services touchés par les mesures d'encadrement: service des personnels enseignants, informatique, audiovisuel, vie étudiante, etc.