Volume XXV Numéro 10, 15 FÉVRIER 1999
14/09/98 29/09/98 12/10/98 26/10/98 9/11/98 23/11/98 07/12/98
18/01/99 01/02/99 15/02/99 01/03/99 15/03/99 29/03/99 12/04/99
LA UNE

Le J.-A.- DeSève officiellement inauguré!

Le CINBIOSE intègre un réseau international de santé

Cahier spécial: Faculté des sciences


SOMMAIRE DU NUMÉRO

Les tests cliniques valident la «Contramid»

Inauguration de la Chaire de philosophie

La prison, génératrice d'itinérance

Tisser des liens entre ONG et chercheurs

L'APP: une approche pédagogique nouvelle et originale

«Je porte l'Afrique avec moi»
- Jean-Marc Éla, professeur invité


Formation pour thésards africains Franc succès des ateliers de la Fondation Rockefeller

Les SVE au Complexe des Sciences

Premier prix aux Jeux nationaux du MBA

Semaine de la culture juive

SOUTENANCES DE THÈSE

LETTRE À L'UQAM
Le J.-A.- DeSève fourmille d'activités ?
Oui, mais à quel prix...


Le nouveau pavillon J.-A.- DeSève est officiellement inauguré !
Une vue du pavillon à partir de la rue Sanguinet.
Avec son inauguration officielle le 15 février, le tout dernier-né des pavillons de l'UQAM, le J.-A.- DeSève, boucle la boucle: l'Université, à l'aube de son 30e anniversaire, est désormais propriétaire de l'ensemble des espaces qu'elle occupe. Le pavillon DeSève se veut avant tout un lieu d'accueil et de réponse aux besoins variés de la collectivité étudiante. Situé au coeur du campus de l'UQAM, le pavillon de huit étages est érigé à l'intersection des rues Sainte-Catherine et Sanguinet. Il contribue, avec les autres bâtiments du campus, au nouvel essor du Quartier latin qui avait connu ses heures de gloire auprès des étudiants des années 1920 et 1930.

Un ensemble de services adaptés aux étudiants
Construit au coût de 50 M $, grâce au financement du gouvernement du Québec et de la Fondation J.-A.- DeSève, ce pavillon vient appuyer de manière concrète la priorité que l'UQAM entend accorder à la qualité de vie de ses étudiants. L'entrée mène directement au coeur des services d'accueil centralisés autour du foyer principal, sur trois étages, accessibles par un jeu d'escaliers ouverts. On y retrouve le Registrariat (admission et dossiers universitaires), le service de l'Aide financière, celui de la Trésorerie et des comptes étudiants, les associations de services (le service d'écoute Halte-Ami, Trousse-Voyages, les associations culturelles, etc.), le service d'orientation et de conseil, ainsi que les Services à la vie étudiante.

Le J.-A.- DeSève abrite également les départements de linguistique et de psychologie, l'École de langues, le Service de formation sur mesure, l'administration du Service de l'informatique et des télécommunications et les laboratoires sectoriels de micro-informatique de l'École des sciences de la gestion (ESG). Les étudiants bénéficient enfin d'infrastructures des plus modernes: laboratoires de recherche, salles multimédia, auditoriums pour des colloques, etc. À noter qu'on y offre aussi un Centre de services psychologiques ouvert à toute la population, où des étudiants du doctorat en psychologie effectuent des stages.

Conçu dans le but de réduire le temps de circulation et relié au pavillon des Sciences de la gestion par un couloir souterrain, le J.-A.- DeSève permet aux étudiants de consacrer davantage de temps à leurs activités, contribuant ainsi à créer des conditions favorables à la réussite personnelle.

Un pavillon de facture moderne
L'éclairage naturel dans le pavillon est omniprésent. Ainsi, les immenses fenêtres et un puits de lumière, qui éclaire à partir du toit en traversant tous les étages jusqu'au rez-de-chaussée, font du J.-A.- DeSève un édifice extrêmement lumineux. De plus, ils assurent une ouverture sur la vie du quartier que l'on peut tranquillement observer assis sur l'un des nombreux bancs du foyer, dans les marches de la cour intérieure ou à une table du café intégré au bâtiment.

Les artistes Lucie Duval et le regretté Pierre Granche1 ont aussi mis leur talent et leur créativité au service de l'architecture du pavillon. L'oeuvre intérieure de Lucie Duval, intitulée Traversée, composée de verre et d'une structure métallique, est suspendue au deuxième étage de l'immense puits de lumière qui donne sur le hall du pavillon. Quant à la murale extérieure conçue par Pierre Granche, intitulée Trente-deux fois passera la dernière s'envolera, elle figure une immense haie de verre et d'aluminium, surmontée de «branches» d'acier qui traitent de thèmes iconographiques se rattachant aux disciplines et aux champs de connaissance explorés par l'UQAM.

Signalons qu'une pendaison de crémaillère se tiendra le mardi 16 février à 13 h, dans le hall d'entrée du pavillon, à l'intention de tout le personnel du J.-A.- DeSève. Enfin, la rectrice, Mme Paule Leduc, invite tout le personnel de l'UQAM à venir visiter le pavillon, le mardi 16 février à 14 h, 14 h 30, 15 h et 15 h 30.


1 Pierre Granche était reconnu pour sa contribution majeure à l'intégration des arts dans l'architecture et l'environnement. Quant à Lucie Duval, elle compte près d'une quinzaine d'années de pratique professionnelle, ainsi que des dizaines d'expositions solo ou en groupe.