Volume XXV Numéro 4, 26 OCTOBRE 1998
14/09/98 28/09/98 12/10/98 26/10/98 9/11/98 23/11/98 07/12/98
18/01/99 01/02/99 15/02/99 01/03/99 15/03/99 29/03/99 12/04/99
LA UNE

Nouveau vice-rectorat consacré à la recherche
Un rôle d'appui, d'animation et d'accompagnement


Aménagement du territoire
450 000 $ pour un projet du GEIGER


SOMMAIRE DU NUMÉRO

Génie logiciel
Nos experts appelés à définir la profession


Aménagement forestier durable
Inauguration d'une Chaire industrielle CRSNG*UQAT*UQAM


«Cultiver les réflexes de créativité et d'imagination»
- Paule Leduc, rectrice


Six candidats en lice pour les postes de doyens

Atelier international en environnement
La qualité des eaux du Saint-Laurent et du lac Biwa


Recherche-action en milieu scolaire
Transformer l'enseignement de la danse


De nouvelles pistes d'action pour l'encadrement des étudiants

Colloque en droit privé
20 ans de recours collectif


Nouveau programme de deuxième cycle
en enseignement du français


Prix de littérature

Des diplômés en gestion honorés

Hommage à Pierre Dansereau

«L'avènement étudiant»

Centre de design
«L'espace libre dans la ville»


Campagne Centraide UQAM 1998
Des sous pour changer les choses


Recherche-action en milieu scolaire

Transformer l'enseignement de la danse
Madeleine Lord et Monik Bruneau, professeures au département de danse.

Madeleine Lord1 et Monik Bruneau, professeures au département de danse, ont obtenu une subvention du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) pour développer un programme de recherche-action, d'une durée de trois ans, afin de renouveler l'enseignement de la danse en milieu scolaire.

Une démarche de transformation
Le projet, expliquent-elles, vise à soutenir une démarche de transformation de la pratique de spécialistes de la danse au primaire et au secondaire, tout en cherchant à comprendre comment s'opère cette transformation. «L'idée, soulignent les deux professeures, est d'accompagner des enseignants et de travailler avec eux à transformer leurs pratiques pédagogiques. Et c'est d'autant plus nécessaire que l'enseignement de la danse en milieu scolaire, comme celui des arts en général, repose sur les programmes ministériels de 1982 ! ». Plus spécifiquement, les objectifs de la recherche sont d'élaborer, d'expérimenter et d'évaluer, de concert avec des enseignants, des stratégies pédagogiques innovatrices et cohérentes qui intégreront l'éducation esthétique au quotidien des classes de danse régulières.

Un nouveau paradigme
Préoccupation relativement récente en enseignement de la danse, l'éducation esthétique2 constitue à la fois un changement de paradigme et une nouvelle expérience, celle de la mise en relation de l'enfant avec l'oeuvre d'art. En danse, elle porte sur le développement des capacités des élèves à percevoir les qualités esthétiques présentes dans une oeuvre chorégraphique et à en dégager une interprétation personnelle qu'ils peuvent justifier. Selon Madeleine Lord et Monik Bruneau, «ce type d'éducation favorise, chez l'enfant, le développement de connaissances et d'habitudes culturelles d'appréciation, non seulement en ce qui concerne la danse mais les arts en général. Bref, il leur permet de jeter un nouveau regard sur la culture».

Les phases de la recherche
La réalisation du projet comporte deux phases. La première a pour but de décrire comment les enseignants offrent des occasions d'apprentissage esthétique dans leurs classes régulières et de cerner la réalité du milieu dans lequel ils évoluent. L'observation de classes, assortie d'entrevues et de questionnaires distribués aux élèves, permettra la mise à jour des représentations, objectifs, contenus et stratégies pédagogiques mises de l'avant par les enseignants observés. La seconde phase amènera les enseignants à transformer leurs classes de façon à ce qu'elles intègrent tant l'éducation artistique qu'esthétique. Deux essais d'innovation seront développés et expérimentés. Enfin, les bilans des deux étapes donneront lieu à la production de recueils de stratégies pédagogiques, qui serviront de guides pour les enseignants contribuant à l'éducation esthétique des élèves.

Ce programme de recherche prend d'autant plus d'importance, insistent Mmes Lord et Bruneau, que la tradition de l'enseignement de la danse en milieu scolaire, comme celle du théâtre d'ailleurs, est encore jeune. «La danse à l'école, ajoutent-elles, est une discipline maintenue dans un état de fragilité. C'est comme si nous devions constamment faire la preuve de sa nécessité».


  1. Mme Lord est également directrice du programme de maîtrise en danse. Signalons, enfin, la participation à cette recherche de quatre étudiants de maîtrise et de doctorat.
  2. L'éducation esthétique est issue du courant d'éducation artistique appelé Discipline-Base Art Education (DBAE) dont la première transposition à la danse date de 1991.