Volume XXV Numéro 5, 9 NOVEMBRE 1998
14/09/98 28/09/98 12/10/98 26/10/98 9/11/98 23/11/98 07/12/98
18/01/99 01/02/99 15/02/99 01/03/99 15/03/99 29/03/99 12/04/99
LA UNE

Un travail de moine sur une vie de saints!

L'Université doit se questionner

Rapport de l'ombudsman


SOMMAIRE DU NUMÉRO


Plan d'action triennal
Pour une meilleure intégration des TIC dans la formation


Un programme de certificat en anglais dès janvier

Colloque organisé par la Chaire de Tourisme
Culture et tourisme : une affaire de créativité


Encadrement des étudiants
Des actions jugées prioritaires


SCRUTIN DANS LES FACULTÉS:

Le mot des candidats:
M. Tho-Hau Nguyen
M. Claude Hillaire-Marcel
M. Marcel Rafie
M. Robert Proulx
M. Luc-Normand Tellier
Mme Marquita Riel

Titres d'ici

Ouvrages en études stratégiques

Appel de candidatures pour les prix de l'Acfas

Chaire Bombardier
Modifications au programme de bourses de recherche


Mercedes Palomino honorée

Employés à la retraite

Caisse d'économie
Assemblée annuelle


Bourse d'excellence

COMMISSION DES ÉTUDES

SOUTENANCES DE THÈSE

VITE LU

Avis de scrutin

«Neurones en forme»
Au-delà des muscles


Le Choeur de l'UQAM: 20 ans d'éducation populaire !

Don de sculptures pour la création d'un fonds de bourses

La Maison de la culture a repris son élan
Prix de l'Académie française

Un travail de moine sur une vie de saints!
Mme Brenda Dunn-Lardeau, professeure au département d'études littéraires.

Professeure en études littéraires, Mme Brenda Dunn-Lardeau s'est vue annoncer récemment par l'Académie française qu'elle était la récipiendaire du Prix Émile Faguet, médaille d'argent, pour son Édition critique de la Légende dorée, parue l'an dernier aux Éditions Champion. Le 3 décembre prochain, elle s'envolera donc à destination de Paris, pour assister à la réunion publique annuelle de l'Académie où seront décernés tous les Prix de littérature 1998.

Un événement inattendu
Mme Dunn-Lardeau avoue qu'elle ne s'attendait pas à être ainsi honorée. «Je n'ai fait aucune démarche... L'éditeur s'est occupé de tout, sans que je n'en sache rien. Imaginez mon étonnement quand j'ai ouvert le courrier!». Une surprise peut-être, mais certainement méritée. En effet, ses recherches sur la Legenda sanctorum allas Lombardica hystoria, un recueil de vie de saints datant du XIIIe siècle (1261-1266), plus connu sous le titre de Légende dorée, représentent une aventure qui aura duré près de 20 ans!

Sur les traces de la Légende
Comment en est-elle venue à s'intéresser à ce manuscrit? «J'ai soutenu ma thèse, qui portait sur un pamphlet féministe du XVe siècle, le 22 décembre 1976 à l'Université de Grenoble. Le lendemain, mon ancien directeur de thèse m'a remis les planches photographiques de la Légende dorée et m'a dit: Mademoiselle Dunn, je n'aurai pas le temps d'éditer le manuscrit, alors je vous le confie. Dès lors, j'ai eu la Légende sur les bras, dans tous les sens du mot!».

Ce fut tout d'abord cinq années consacrées à retracer et à démêler l'histoire textuelle de ce manuscrit qui fut l'un des plus copiés du Moyen Age et qui devint, pendant près de trois siècles, un véritable best-seller traduit dans toutes les langues européennes. Ses recherches l'ont amenée, notamment, à découvrir pas moins de 1 000 manuscrits latins, 91 éditions incunables1, sans compter de nombreuses traductions et éditions seulement pour la branche française! Ce travail d'enquête, mené dans les grandes bibliothèques de Paris, de Madrid, de Bruxelles et de Londres, bien qu'exigeant, s'est avéré passionnant. «C'était un véritable bonheur que de toucher ces manuscrits. Les plus luxueux étaient si richement enluminés que je devais enfiler des gants pour en tourner les pages!».

Puis, vint le travail d'édition critique, qui exige d'analyser et de comparer le texte choisi - soit une traduction française de la Légende dans une version qui fut révisée au XVe siècle2 - avec, d'une part, les textes latins ou français plus anciens et, d'autre part, les traductions ou éditions françaises parues par la suite. Un énorme travail qui a nécessité la transcription de graphies gothiques, la description de la langue et des colorations régionales, la correction des variantes, la rédaction de milliers de notes, la constitution d'un glossaire, d'un index des noms propres et d'une imposante bibliographie. Ouf...!

Tout un cycle de recherches
Si au début de ses recherches, Mme Dunn-Lardeau eut à faire coïncider l'horaire de ses jeunes enfants (dont un poupon!), avec celui des grandes bibliothèques européennes, à la fin de l'aventure, ses filles étaient devenues assez grandes... pour lui traduire des incunables! Or, même après tout ce temps, sa passion demeure intacte. «Travailler sur la Légende dorée, c'était aussi travailler sur les mentalités du Moyen Age et de la Renaissance. [...] Par ailleurs, il faut savoir que la Légende a contribué à inspirer de célèbres écrivains du XIXe siècle, comme Flaubert et Zola, sans compter ces grands auteurs contemporains que sont Michel Tournier ou Gabrielle Roy.» Enfin, de conclure la professeure, cette aventure lui a permis d'organiser tout un cycle de recherches: de la tenue d'un colloque international sur ce thème à l'UQAM en 1983, à la formation d'étudiants au travail d'édition critique et à la paléographie, en passant par la rédaction d'ouvrages scientifiques abordant les différents aspects du Moyen Age dans la culture des XIXe et XXe siècles.


  1. Ouvrages imprimés avant les années 1500, soit au tout début de l'imprimerie.
  2. Il s'agit de la traduction française de la Legenda aurea (Jacques de Voragine, 1261-1266) que réalisa Jean de Vignay (1333-1348) pour la Cour de Bourgogne, dans la version révisée par Jean Batallier qui fut publiée à Lyon en 1476.