Volume XXV Numéro 12, 15 MARS 1999
14/09/98 29/09/98 12/10/98 26/10/98 9/11/98 23/11/98 07/12/98
18/01/99 01/02/99 15/02/99 01/03/99 15/03/99 29/03/99 12/04/99
LA UNE

Colloque du CEPES
La Chine: un danger pour l'équilibre asiatique?


Budget Landry:
une bouffée d'oxygène?





SOMMAIRE DU NUMÉRO


Désignation du doyen de l'ESG

« Pourquoi je pose ma candidature au poste de doyen? »

Scrutins
Arts et éducation


Coup de pouce à
la jeunesse universitaire


Projet mercure en Amazonie
La source de la contamination : la déforestation


L'UQAM logera un spectromètre de masse valant 1,3 M $

Arts visuels et médiatiques
Nouveau DESS et réforme de la maîtrise


Les conditions des personnes soignantes à domicile

Les disciplines littéraires et la CUP
Des effectifs en pleine croissance


Titres d'ici

Semaine Marketing

Nouvelle direction au SITEL

Échange UQAM-Argentine

Attestation d'études à des Chiliens

Forum sur le volcanisme

Un 8 mars à l'UQAM

Camps de jour du Centre sportif

Avis aux étudiants

SOUTENANCES DE THÈSE

D'ART EN ART
Une semaine d'hommage au théâtre

Les Contes d'Hoffman au menu

« Les démons de Paula »

Des souris... à l'oeuvre

Dernier spectacle des Jeudis déchaînés

Les disciplines littéraires et la CUP

Des effectifs en pleine croissance

La Commission des universités sur les programmes (CUP) vient de rendre public son rapport portant sur les disciplines dites «littéraires»1, lesquelles regroupaient, en 1996, 165 programmes auxquels étaient inscrits, au total, près de 8 175 étudiants. Au chapitre des premiers constats dressés par la CUP, figurent l'ouverture des études littéraires à l'interdisciplinarité et la multiplication des études en langues modernes. Légère ombre au tableau, la précarité des programmes en «humanités gréco-latines», désignés dans le rapport sous l'appellation d'études anciennes. Compte tenu de la baisse de la clientèle dans ce dernier domaine, la Commission recommande la création d'un centre interuniversitaire afin de préserver une programmation minimale. Quant aux autres recommandations (programmes conjoints d'ententes, etc.) elles visent la consolidation des programmes existants ou un développement mesuré.

Études littéraires En études littéraires d'expression française, c'est l'UQAM qui compte la plus nombreuse clientèle (1 514 étudiants), ses effectifs globaux étant deux fois plus élevés que ceux des universités Laval et de Montréal. La CUP constate cependant que le département d'études littéraires de l'UQAM regroupe, aujourd'hui, autant de professeurs qu'en 1987, alors que les effectifs étudiants ont presque doublé depuis! Fait à noter, pour l'ensemble des programmes offerts au Québec dans cette catégorie disciplinaire, la clientèle n'a jamais cessé d'augmenter depuis dix ans. Un phénomène qui surprend les auteurs du rapport compte tenu que les diplômés semblent éprouver plus de difficultés que les autres à obtenir des emplois liés à leur domaine d'études. Comment, dans ce contexte, explique-t-on l'intérêt croissant pour ces programmes? D'une part, par l'essor qu'a connu la littérature québécoise et auquel les professeurs d'université ont largement contribué. D'autre part, par le fait que la formation ne se limite pas à l'étude des oeuvres ou des mécanismes littéraires, mais se présente comme «un instrument de pensée et de connaissance qui permet de réfléchir sur soi et sur le monde».

Langues et littérature modernes L'étude des littératures et des langues étrangères a aussi connu un développement notable, en correspondance, soulignent les auteurs du rapport, avec différents phénomènes comme l'accroissement des communautés culturelles au Québec, la globalisation des échanges, l'internationalisation du marché du travail, etc. La CUP prévoit d'ailleurs que l'École de langues de l'UQAM, avec ses nouveaux programmes et sa participation à l'élaboration d'un projet de centre d'études brésiliennes, devrait connaître une expansion importante au cours des prochaines années.

Sémiologie En ce qui concerne le programme de doctorat en sémiologie de l'UQAM, la CUP relève qu'il a pour objectif de favoriser la recherche pluridisciplinaire sur le signe, qu'il est un des trois programmes du genre dans le monde et qu'il attire de plus en plus d'étudiants de l'étranger ou d'ailleurs au Canada. Parmi les activités de recherche en sémiologie menées à l'Université, le rapport souligne de multiples travaux sur le texte, le cinéma et l'image, ainsi que sur l'intermédialité, un champ qui, selon les auteurs, est actuellement en plein développement.

1 Plus précisément, il s'agit des programmes d'études littéraires, de langues et littératures modernes et d'études anciennes. Précisons qu'un second rapport de la CUP, à venir, couvrira la linguistique, la traduction, la rédaction professionnelle et le perfectionnement du français et de l'anglais.