Volume XXV Numéro 12, 15 MARS 1999
14/09/98 29/09/98 12/10/98 26/10/98 9/11/98 23/11/98 07/12/98
18/01/99 01/02/99 15/02/99 01/03/99 15/03/99 29/03/99 12/04/99
LA UNE

Colloque du CEPES
La Chine: un danger pour l'équilibre asiatique?


Budget Landry:
une bouffée d'oxygène?





SOMMAIRE DU NUMÉRO


Désignation du doyen de l'ESG

« Pourquoi je pose ma candidature au poste de doyen? »

Scrutins
Arts et éducation


Coup de pouce à
la jeunesse universitaire


Projet mercure en Amazonie
La source de la contamination : la déforestation


L'UQAM logera un spectromètre de masse valant 1,3 M $

Arts visuels et médiatiques
Nouveau DESS et réforme de la maîtrise


Les conditions des personnes soignantes à domicile

Les disciplines littéraires et la CUP
Des effectifs en pleine croissance


Titres d'ici

Semaine Marketing

Nouvelle direction au SITEL

Échange UQAM-Argentine

Attestation d'études à des Chiliens

Forum sur le volcanisme

Un 8 mars à l'UQAM

Camps de jour du Centre sportif

Avis aux étudiants

SOUTENANCES DE THÈSE

D'ART EN ART
Une semaine d'hommage au théâtre

Les Contes d'Hoffman au menu

« Les démons de Paula »

Des souris... à l'oeuvre

Dernier spectacle des Jeudis déchaînés

Budget Landry : une bouffée d'oxygène?
La rectrice, Mme Paule Leduc

« C'est une porte qui s'ouvre pour réduire une partie de nos déficits, mais pour l'instant, tout nous laisse penser que les impacts sur le budget de fonctionnement de l'Université seront relativement peu importants », a déclaré la rectrice, Mme Paule Leduc, au lendemain du dévoilement du dernier budget du ministre Bernard Landry. Un budget qui, malgré l'octroi de 600 M $ au secteur de l'éducation1, dont 170 millions réservés aux universités, aura été accueilli de façon plutôt mitigée par l'ensemble du milieu universitaire. Il n'en demeure pas moins que les prévisions budgétaires de l'Université pour le prochain exercice financier devront être révisées à la lumière des initiatives nouvelles figurant dans le budget Landry.

Au moment d'écrire ces lignes, Mme Leduc, à l'instar de l'ensemble des recteurs, se préparait à assister à différentes rencontres - dont l'une avec le ministre de l'Éducation, M. François Legault, et l'autre avec le ministre de la Recherche, de la Science et de la Technologie, M. Jean Rochon - afin d'être davantage fixée sur les impacts réels des mesures annoncées. « Il y a, dans le budget, des initiatives en matière de recherche dont on ne connaît pas encore la teneur et la portée pour les universités», de souligner la rectrice. Celle-ci faisait référence, notamment, à la création du Fonds Innovation Québec qui favorisera les partenariats avec le secteur privé, et à la mise sur pied de Valorisation-Recherche Québec, un organisme dont le but sera de financer la commercialisation des résultats de la recherche universitaire et d'appuyer des projets d'équipe. «Le ministre Jean Rochon nous convoque en début de semaine pour nous dire comment il entend utiliser ces Fonds, et on aura, à ce moment, une meilleure idée de l'impact sur la recherche dans les universités».

Dans l'intervalle, la rectrice prévoit que l'octroi des 170 M $ pour effacer une partie de la dette des universités devrait entraîner, pour l'UQAM, une diminution des coûts d'intérêt de l'ordre d'environ 1 M $. «C'est un effort que le gouvernement fait pour nous aider à réduire nos déficits, de souligner la rectrice, mais ça ne donne absolument pas de marge de manoeuvre pour le budget d'opération. Autrement dit, on va devoir continuer d'emprunter pour une partie de nos dépenses». En ce qui concerne les 342 M $ injectés dans l'ensemble du réseau, Mme Leduc avoue ne pouvoir avancer aucune estimation tant que la répartition du montant entre les divers ordres d'enseignement ne sera pas connue. Mais, selon elle, il y lieu de se questionner sur la part qui sera attribuée aux universités, et plus particulièrement, sur celle qui reviendra à l'UQAM. «Néanmoins, de conclure la rectrice, il faut espérer qu'il s'agit là d'une première ouverture et que dans les prochaines années, on verra enfin un peu d'air frais venir dans les universités!»

1 Des 600 M $ réservés au milieu de l'éducation: ­ 170 M $ sont octroyés aux universités pour leur permettre d'effacer une partie de la dette accumulée au fil des ans; ­ 30 M $ sont prévus pour l'achat de livres pour les bibliothèques; ­ 30 M $ pour la mise en oeuvre de la réforme de l'éducation; ­ 14 M $ pour accroître le nombre d'inscriptions et la réussite scolaire dans les programmes conduisant à des carrières scientifiques et techniques; ­ 342 M $ distribués dans l'ensemble du réseau.