Volume XXV Numéro 11, 1er MARS 1999
14/09/98 29/09/98 12/10/98 26/10/98 9/11/98 23/11/98 07/12/98
18/01/99 01/02/99 15/02/99 01/03/99 15/03/99 29/03/99 12/04/99
LA UNE

Coopération UQAM-Amazonie Prix d'excellence pour l'internationalisation

Des avenues pour relancer l'Université

Faculté des sciences
DEUXIÈME VOLET



SOMMAIRE DU NUMÉRO


Galerie de l'UQAM
Michèle Waquant... d'un médium à l'autre


Breveter une invention

Record d'achalandage aux activités du Forum

Réforme de la maîtrise en géographie

Nouveau programme court à l'ESG

L'École de langues en pleine expansion

Animation culturelle Redéfinition globale du champ d'études

Concours du Fonds d'innovation techno-pédagogique

Consultation publique sur une politique environnementale

Un don planifié à la Fondation de l'UQAM:
un geste social !


Pavillon J.-A.- DeSève Inauguration officielle

Nomination de Guy Berthiaume

Conférences de la Chaire Concordia-UQAM

Emplois d'été et mentorat en relations publiques

Mission commerciale Des étudiants à l'assaut de New York

Prix de mode Smirnoff Deux finalistes de l'UQAM

Titres d'ici

Agrément de groupes étudiants

Réforme de la maîtrise en géographie
M. Yves Baudoin, directeur du DESS en systèmes d'information géographique, et M. Juan-Luis Klein, directeur du programme de maîtrise en géographie.

Le programme de maîtrise en géographie offrira désormais un cheminement professionnel davantage orienté vers le marché du travail. Quant au cheminement avec mémoire, il donnera aux étudiants une plus grande latitude afin de développer une expertise personnalisée. Bref, une maîtrise mieux ciblée et plus spécialisée. Enfin, des modifications toucheront également le Diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en systèmes d'information géographique.

Les objectifs de la réforme
«La réforme, explique Juan-Luis Klein, directeur du programme de maîtrise, répond à la nouvelle configuration du marché du travail qui exige de plus en plus de spécialistes en analyse du territoire. En outre, avec les développements de l'informatique, sont apparus de nouveaux outils de gestion du territoire tels que les systèmes d'information géographique». Aussi, le cheminement à caractère professionnel vise-t-il à former des spécialistes de la géographie appliquée, capables d'apporter des solutions aux problèmes d'aménagement du territoire et de planification spatiale des ressources physiques et humaines, tout en sachant utiliser les instruments techniques (logiciels) qui permettent une analyse spatiale plus approfondie1. «Les étudiants, souligne M. Klein, auront aussi l'occasion de participer à des stages dans des corporations privées, des firmes de consultants, des entreprises publiques, comme Hydro-Québec, ou encore dans des institutions qui ont à gérer un territoire donné (CLSC, Conseils régionaux de développement, etc.). Ils pourront ainsi acquérir des compétences et se créer des réseaux de contacts».

Le cheminement avec mémoire
Le cheminement recherche consiste, par ailleurs, en la formation de chercheurs aptes, d'une part, à comprendre les rapports que la société entretient avec l'espace et, d'autre part, à utiliser les méthodes et techniques, tant traditionnelles que de pointe, concernant le traitement systématique et informatisé de l'information géographique. «Le mémoire, ajoute M. Klein, prendra plus d'importance et la scolarité sera plus flexible en permettant un choix de cours à l'extérieur du programme et même de l'Université».

Le programme de DESS
Le changement majeur du programme de DESS en systèmes d'information géographique concerne le développement d'habiletés liées à l'analyse spatiale par l'apprentissage de techniques, de méthodes et de thématiques appropriées. De nouveaux cours seront aussi créés sur la mise en oeuvre des systèmes d'information et sur la gestion de projets d'aménagement du territoire2. En outre, le programme continuera d'offrir des stages dans des entreprises publiques ou des firmes privées et de favoriser le développement de projets à l'étranger. «En fait, indique le responsable du DESS, Yves Baudoin, c'est tout le domaine de la gestion du territoire qui est en croissance. Après leurs études, 90 % des étudiants réussissent à se trouver un emploi !»

Ce qu'il y a de nouveau avec la réforme de la maîtrise, insist, M. Klein, c'est la préoccupation pour la formation de la conscience territoriale du citoyen. «Nous devons former des gens qui ont non seulement des compétences professionnelles, mais qui possèdent aussi des connaissances dans divers domaines». Par ailleurs, selon lui, le taux d'abandon à la maîtrise est en nette diminution et les demandes d'inscription sont trois à quatre fois plus nombreuses depuis les six dernières années.


  1. À noter que les évaluations du programme de maîtrise et du DESS en systèmes d'information géographique se sont faites parallèlement et de manière intégrée afin de mieux arrimer les programmes d'études de deuxième cycle en géographie.
  2. Le département de géographie vise l'objectif d'offrir éventuellement un deuxième DESS en planification territoriale.