14/09/98 29/09/98 12/10/98 26/10/98 9/11/98 23/11/98 07/12/98
18/01/99 01/02/99 15/02/99 01/03/99 15/03/99 29/03/99 12/04/99

Un cahier spécial

La Faculté des sciences


La Faculté des sciences regroupe les départements:
  • de chimie,
  • d'informatique,
  • de mathématiques,
  • de physique,
  • des sciences biologiques
  • des sciences de la Terre.

    On y retrouve également
  • l'Institut des sciences de l'environnement (ISE)
  • l'Institut des sciences mathématiques (ISM).

    La Faculté compte aussi:
  • trois chaires,
  • cinq centres de recherche institutionnels
  • cinq centres externes de recherche.
  • La Faculté des sciences

    La Faculté des sciences, c'est:
    La Faculté des sciences, avec ses 46 programmes d'études, regroupe six départements, deux Instituts, trois Chaires et cinq Centres de recherche institutionnels. Actuellement, on y dénombre 4 050 étudiants, 183 professeurs réguliers, 108 chargés de cours et 85 employés. À l'automne 1997, la Faculté disposait de plus de 12,5 millions $ en fonds de recherche de sources diverses. Quant au nombre de diplômés, il atteignait, aux trois cycles, près de 15 000.

    Une Faculté à l'avant-garde
    De nombreuses innovations, tant en matière de formation que de recherche, placent la Faculté des sciences à l'avant-garde dans plusieurs domaines. Il en va ainsi de l'Institut des sciences de l'environnement qui a été le premier au Canada à offrir un doctorat en sciences de l'environnement. Pionnier dans son domaine, l'Institut reçoit de nombreux étudiants étrangers et est très engagé en coopération internationale, notamment avec ses projets sur la qualité de l'eau en Amazonie. Quant au baccalauréat en biologie en apprentissage par problèmes, qui privilégie une approche pédagogique originale fondée sur l'étude de cas concrets en petits groupes, il représente un programme unique en Amérique du Nord qui suscite l'intérêt de diverses universités canadiennes, américaines et françaises.

    Bien que l'UQAM ne compte pas de faculté de médecine, des recherches de pointe y sont pourtant menées dans le domaine du cancer. Des chercheurs du département de chimie-biochimie ont ainsi acquis une renommée internationale en développant des traitements plus efficaces contre les tumeurs cancéreuses, lesquels sont actuellement à l'essai à l'Hôpital Sainte-Justine et dans plusieurs centres à travers le monde. Par ailleurs, bien que située en plein centre-ville, la Faculté abrite le GREFI, l'un des plus importants groupes de recherche en écologie forestière au monde. Grâce au travail de ses chercheurs, les connaissances sur les écosystèmes forestiers, les stratégies de coupe et de reboisement, et la gestion des feux de fôret, ont connu des avancées considérables.

    En mathématiques, les laboratoires de la Faculté figurent parmi les plus reconnus sur le plan international. Du côté de l'informatique, en particulier dans le domaine du génie logiciel, des experts de la Faculté ont été mandatés par un important organisme international, l'Institute of Electrical and Electronic Engineer Computer Society, pour établir le corpus de connaissances de cette nouvelle discipline en vue de jeter les bases de cette profession d'avenir. Enfin, de multiples recherches en météorologie, en toxicologie, en biologie appliquée à la santé humaine, en géochimie et en génétique ont acquis une réputation enviable.

    Des stages, des bourses et des emplois
    À tous les cycles, de nombreux stages, dont certains sont rémunérés, sont offerts dans le cadre de programmes d'études et plusieurs protocoles d'échange ont été instaurés avec des universités étrangères. De plus, les départements de la Faculté disposent de leurs propres programmes de bourses. Certains complètent ce financement par la création de postes d'assistant de recherche, financés à même les subventions accordées aux professeurs, ou encore d'auxiliaires d'enseignement pour les travaux pratiques de laboratoires. Ces postes, habituellement destinés aux étudiants de cycles supérieurs, sont parfois offerts au baccalauréat. Ainsi outillés, les étudiants peuvent aspirer à occuper une place de choix sur le marché du travail. De fait, le taux de placement des finissants est très élevé: à titre d'exemple, il est de 90 % chez les détenteurs d'une maîtrise en sciences de l'environnement.

    Un campus ultramoderne
    À l'aube de l'an 2000, l'UQAM s'est dotée d'infrastructures scientifiques des plus modernes. Situé en plein centre-ville, au nord de la Place des Arts, le pavillon Président-Kennedy comporte plus de 180 laboratoires possédant des équipements de pointe afin de servir les activités d'enseignement et de recherche. Érigé au début du siècle et rénové selon les plans d'origine, le pavillon Sherbrooke, quant à lui, loge principalement des classes, les bureaux de la Faculté ainsi que les locaux des associations étudiantes. À ces deux pavillons, s'ajoute celui de Chimie- biochimie inauguré en 1995. Enfin, l'UQAM entend compléter bientôt son Complexe des sciences en se dotant d'un pavillon des Sciences biologiques.

    LA FACULTÉ EN CHIFFRES

    Départements et Institut

    Professeurs

    Chargés

    de cours

    Employés

    Étudiants

    Programmes (cycles)

             

    1er

    2e

    3e

                   

    Chimie:

    27

    13

    20

    475

    3

    1

    1

    Informatique:

    38

    33

    8

    2 113

    7

    5

     

    Mathématiques:

    44

    29

    9

    285

    3

    2

    1

    Physique:

    7

    4

    6

    111

    2

    1

     

    Sciences biologiques:

    44

    19

    28

    676

    2

    2

    1

    Sciences de la Terre:

    23

    10

    13

    215

    6

    3

    2

    Institut des sciences de l’environnement:

         

    175

    -

    3

    1

                   

    TOTAL

    183

    108

    84

    4 050

    23

    17

    6

    * Nombre d'étudiants inscrits à la session d'hiver 1999; source: registrariat 22 janvier 1999.