Volume XXV Numéro 8, 18 janvier 1999
14/09/98 28/09/98 12/10/98 26/10/98 9/11/98 23/11/98 07/12/98
18/01/99 01/02/99 15/02/99 01/03/99 15/03/99 29/03/99 12/04/99
LA UNE

Création du bureau des études

Communiquer en temps de crise

Recherche et partenariats: quels enjeux?

SOMMAIRE DU NUMÉRO

Prix Orange au Complexe des sciences

Pour aider les victimes de Mitch

Gaël Texier et la Bourse Yvan Cournoyer

Plus de 100 bourses

Le savoir biomédical entre laboratoire et clinique

Adaptation scolaire et sociale: nouveau site Web

Conférences de la Chaire Bombardier

Prix du coopérateur de l'année 1998

Don du SEUQAM

VITE LU

Avis de scrutin

Les lauréats du TOXEN

Financement de stages à l'étranger

Le GREFI remet 40 000$ en bourses

Esquisses en danse

Doctorat honorifique à Mikis Theodorakis

Subvention d'une fondation privée

Formule majeures/mineures

Réforme de programmes en études urbaines

Une rousse à la rescousse d'un chevalier !

Titres d'ici

SOUTENANCES DE THÈSE

Quand l'art rencontre l'anthropologie

Colette Boky au Panthéon canadien de l'art lyrique

Le verglas vu et revu

Rétrospective des travaux de Roger Pfund

Ateliers de théâtre

TITRES D'ICI
Innovations pédagogiques

Que signifie le concept de partenariat sur le plan de l'action éducative? Quels valeurs ou objectifs socio-pédagogiques y sont associés? À ce jour, quel bilan dresser des formules de partenariat à l'oeuvre dans les écoles alternatives ou de type communautaire? Voilà quelques-unes des questions abordées dans cet ouvrage qui regroupe les actes du 9e colloque de l'Asssociation des écoles alternatives du Québec. Publié aux Éditions Nouvelles, Le partenariat en éducation (R. Pallascio, L. Julien et G. Gosselin, dirs) compte près de 30 collaborateurs, en majorité des professeurs et des étudiants en sciences de l'éducation de l'UQAM.

La première partie de l'ouvrage traite des diverses définitions et représentations du partenariat. Dans le réseau éducatif, cette notion, y explique-t-on, impliquerait de nouvelles règles du jeu (coopération, participation) entre les différents acteurs (élèves, parents, enseignants) en vue de favoriser l'empowerment et l'enabling. Suit une analyse de quatre expériences de partenariat et un bilan des objectifs socio-éducatifs atteints par les écoles. Les seconde et troisième parties portent sur des pratiques alternatives de partenariat pédagogique ou institutionnel, tandis que la quatrième présente les points de vue des différents partenaires sur les approches pédagogiques coopératives et le partage du pouvoir.


Gabrielle Roy

Bonheur d'occasion, Rue Deschambault, Alexandre Chenevert,... autant de romans qui ont permis à Gabrielle Roy de connaître un véritable triomphe, ici et à l'étranger. Mais quels sont les rapports entre forme textuelle et pensée féministe chez cette écrivaine dont l'oeuvre, incontestablement, comporte maintes références aux femmes et à l'univers féminin? Quatre chercheures, qui se sont intéressées de plus près à cette question, livrent le fruit de leurs réflexions dans la dernière parution des Cahiers de l'IREF (no 3). Dans un premier temps, Lucie Joubert examine comment l'ironie «royenne», doublement contestataire, a évolué au fil du temps. Puis, la représentation, dans Bonheur d'occasion, d'un Montréal au féminin, retient l'attention de Katherine A. Roberts. Pour sa part, Sylvie Lamarre montre comment Roy, dans L'écriture et la révolte des anges: Ces enfants de ma vie, fait dévier le scénario habituel (échec du mariage) dans le sens d'une stratégie féministe, axée sur la liberté personnelle et artistique de la narratrice. Enfin, Lori Saint-Martin (dir.) examine les liens entre forme romanesque, autorité narratoriale, contestation sociale et visées féministes. Au terme de ces quatre lectures au féminin, apparaît une Gabrielle Roy nouvelle, subversive et inventive, bref une pionnière à redécouvrir.


Pratiques religieuses

Louis Rousseau et Frank Remiggi, professeurs aux départements des sciences religieuses et de géographie, viennent de publier l'Atlas historique des pratiques religieuses. Paru sous leur direction, aux Presses de l'Université d'Ottawa, cet ouvrage étudie le Sud-Ouest du Québec qui abrite maintenant les deux tiers de la population québécoise, au moment où se déroulent, entre 1820 et 1880, les phases d'un véritable réveil religieux.

Par le moyen de cartes, de graphiques et de tableaux liés au texte des planches, l'on observe dans cet atlas le mouvement d'ensemble qui modifia les attitudes et les conduites religieuses populaires. Plusieurs thèmes y sont présentés à partir d'informations inédites tirées d'archives religieuses: salaire des curés, nombre d'auberges et de maisons closes, capitalisation des paroisses, transformations démographiques, fréquentation scolaire, campagnes de tempérance, pratiques du jeûne, etc. Un tableau historique donc, qui relance la question de la place du facteur religieux à l'ère où s'impose l'idéal du «progrès».

À noter que M. Jean-Guy Landry, professeur en sciences comptables, a également participé à la rédaction de l'ouvrage.


Vol et congédiement

Praticiens et étudiants en droit ont désormais un nouvel outil à leur disposition: dans un ouvrage intitulé Le congédiement pour vol en droit du travail québécois, Jean-Serge Masse, professeur au département des sciences juridiques, propose une synthèse de l'état du droit sur cette problématique. Après examen de quelque 500 sentences arbitrales rendues sur le sujet entre l990 et l997, l'auteur soumet ses observations en quatre chapitres: après un survol de l'histoire et de la législation pénale canadienne en matière d'atteintes au droit de propriété, M. Masse traite du vol en droit du travail québécois, analyse les tendances jurisprudentielles qui coexistent et enfin, cible des facteurs atténuants ou aggravants pris en compte par les tribunaux d'arbitrage. En conclusion, le professeur Masse propose notamment « d'explorer des pistes nouvelles qui nous permettraient d'exorciser l'approche strictement punitive au profit d'une démarche corrective ... ». Le tout est assorti d'un index alphabétique par arbitres des décisions rendues sur la question, ce qui facilite le repérage. Ont collaboré à cet ouvrage, à divers titres, Natacha Binsse-Masse et Francine Lalonde. Publié aux Éditions Yvon Blais.


Relations internationales

Rédigé par Onnig Beylerian, professeur associé au département de science politique, Accords et impasses (Éditions Liber) aborde la conception, l'organisation, le déroulement et l'évaluation d'exercices de simulation en matière de négociation internationale. Si ce guide s'adresse avant tout aux étudiants en relations internationales, les enseignants, de même que les professionnels &brkbar;uvrant au sein d'institutions actives sur la scène mondiale, pourront aussi en tirer profit. En effet, désormais, la recherche et l'application de solutions aux problèmes complexes, transnationaux, qu'ils soient de nature politique, économique, militaire ou humanitaire, passe par la négociation internationale. Or, souligne le professeur Beylerian, la simulation peut s'avérer un excellent instrument pédagogique pour saisir la nature du processus de négociation et son mode de fonctionnement, les difficultés qu'il comporte ainsi que le type de résultats qu'il génère. Toutefois, ajoute l'auteur, pour que la simulation soit vraiment profitable sur le plan de la formation ou de la recherche, certaines conditions doivent être réunies. Aussi, un des objectifs de l'ouvrage consiste-t-il à mieux définir les méthodes et les éléments à prendre en compte lors de l'élaboration, de l'exécution et de l'évaluation des jeux de simulation.


Mouvement familial

Au Québec, on le sait, l'Église et l'État ont attribué un rôle majeur à la famille, cherchant à la définir et à l'encadrer sur la base de préceptes religieux, moraux ou juridiques. Toutefois, fait remarquer l'auteure de cet ouvrage, Marie-Paule Malouin, chargée de cours au département d'histoire, ce n'est qu'à partir des années 1930 que l'on assistera, véritablement, à l'émergence d'organisations ayant pour objectif principal la défense et la promotion de la famille. Après avoir évoqué le contexte dans lequel naît ce «mouvement familial», l'historienne esquisse un portrait de ses différentes composantes - associations familiales, service social et instituts familiaux - et présente les grands axes de leur évolution. Réalisé à la demande du Conseil de développement de la recherche sur la famille du Québec, l'ouvrage centre l'analyse sur les associations qui, de 1937 à 1965, se sont préoccupées exclusivement de questions familiales. Au fil des ans, quelles tâches ou fonctions ont-elles assumées? Ont-elles atteint leurs objectifs, que ce soit en termes d'éducation, d'entraide ou de représentation? Ont-elles résisté ou se sont-elles adaptées aux principaux changements qui ont marqué la société québécoise? Autant de questions auxquelles tente de répondre Le Mouvement familial au Québec (Boréal, 1998, 159 p.).


Culture québécoise et collèges

Fruit d'une recherche consacrée à la place de la littérature québécoise et du théâtre dans l'enseignement collégial, l'ouvrage de Max Roy, professeur au département d'études littéraires, fournit un portrait et une analyse des contenus de cours obligatoires de français, de 1990 à 1996. Après avoir disséqué 269 plans de cours, dont 79 issus du nouveau programme instauré en 1994 avec la réforme de l'enseignement collégial, l'auteur observe une importance relative accordée à la littérature québécoise jusqu'en 1994. Lentement, les Anne Hébert et Michel Tremblay se sont taillé une place dans la culture scolaire. Tout en s'imposant graduellement dans les années 1970, la littérature québécoise n'aurait jamais évincé Molière, Baudelaire ou Camus du corpus de l'ancien programme, soutient l'auteur sur la base des résultats de la recherche.

Cependant, l'implantation de la réforme en 1994 aurait rompu l'équilibre lentement atteint : l'ouvrage signale une diminution importante de la présence de la littérature québécoise dans les contenus scolaires. La littérature française prédomine, particulièrement ses représentants consacrés par la tradition. La place des écrivains étrangers est également compromise, puisque le programme exclut les oeuvres de traduction. L'auteur soulève en outre des inquiétudes quant au développement des habitudes culturelles dans la population étudiante.

Max Roy, La littérature québécoise au collège (1990-1996), Collection Document, XYZ éditeur, 1998.


Dialogues d'un autre type

Après Le Désir du roman (Hubert Aquin, Réjean Ducharme) et Comédies, la professeure au département d'études littéraires, Anne Élaine Cliche, récidive avec un troisième essai, Dire le livre, paru dans la collection «Théorie et littérature», XYZ éditeur.

Dédié «obstinément» à ses étudiants, l'ouvrage propose une étrange et étonnante rencontre entre la fiction, la Bible, le Talmud et la psychanalyse. En faisant dialoguer des écrivains, rabbins, saints, mystiques et penseurs, l'auteure explore la dimension éthique de l'interprétation.

S'inspirant du fait que les Sages du Talmud affirment que Dieu a créé le monde en lisant la Torah, Cliche plonge dans l'acte même de la création en poursuivant l'acte de l'écriture. Les dialogues imaginés entre Kafka et le Christ, Israël et Genet, Lacan et un rabbin, Artaud et Freud, illustrent qu'il arrive que la création et l'interprétation se conjuguent au plaisir pur de la lettre.


Science «synthétique» et conduites humaines

Professeur au département des sciences de l'éducation, Luc Bégin s'attaque, dans Reconstruire le sens de sa vie (Éditions Nouvelles), à l'épineux problème de la pertinence scientifique des psychothérapies. Sans renoncer au besoin de rigueur et de reproductibilité auquel contraint la démarche scientifique, l'auteur soutient que le paradigme de la science empirique classique ne convient pas à l'appréciation de la valeur des psychothérapies.

Après avoir présenté une autre forme de science appelée «synthétique», l'auteur soumet l'ensemble des paramètres que devrait comporter, selon lui tout modèle psychothérapique. L'ouvrage, publié aux Éditions nouvelles dans la collection «Éducation», distingue la psychothérapie du «counselling» ou relation d'aide. Finalement, l'auteur illustre son propos en présentant son approche psychogénétique de l'identité et l'outil de diagnostic qui l'accompagne. De toute évidence, l'ouvrage propose un regard neuf et différent sur les problèmes qui confrontent la psychologie et ses applications, notamment le diagnostic et le traitement des affections psychologiques.


Épopée urbaine

En 1925, l'Aluminium Company of America (qui deviendra Alcan), stimulée par l'effort de la Première Guerre mondiale, choisit d'implanter une ville autour de sa nouvelle usine à quelque 250 kilomètres au nord de Québec. Arvida, comme on la nomma, deviendrait le projet urbain le plus ambitieux de l'Amérique du Nord. Dans un ouvrage abondamment illustré de plus de 300 photographies et dessins, Lucie K. Morisset, professeure au département d'études urbaines et touristiques, présente la naissance et l'évolution d'Arvida à travers l'histoire de son architecture et de sa forme urbaine.

Selon l'auteure, Arvida mérite une place à part dans l'histoire: «méticuleusement planifiée et construite par sa compagnie-mère, la ville est devenue le miroir de l'épopée urbaine du XXe siècle en Amérique. Les expérimentations sur l'habitat ouvrier, sur la construction standardisée, sur le tracé des villes et sur la stylistique architecturale s'y sont matérialisées, connaissant là souvent leurs premiers balbutiements en terre québécoise». Bref, dès 1950. 25 ans après sa fondation, Arvida, capitale mondiale de l'aluminium, faisait désormais figure de symbole de la modernité.

Lucie K. Morisset, Arvida, cité industrielle. Une épopée urbaine en Amérique, Éditions du Septentrion, 1998, 251 p.


Le corps en scène

Mme Josette Féral, professeure au département de théâtre, vient de faire paraître aux Éditions Jeu/Éditions Lansman la suite d'une série d'entretiens réunis sous le titre Mise en scène et jeu de l'acteur. Entretiens. Tome 2: Le corps en scène. Comment cerner le jeu? Quelles sont les qualités fondamentales nécessaires à l'acteur? Comment travailler le texte, le personnage ? Voilà autant de questions qui ont été posées à 34 metteurs en scène et acteurs provenant d'horizons géographiques (Belgique, Danemark, États-Unis, France, Italie, Québec) et artistiques (danse, sculpture, mime, conte populaire et, bien sûr, théâtre) très différents. En franchissant ainsi les frontières, Mme Féral a voulu montrer que les attentes face au jeu du comédien sont souvent similaires, dessinant ainsi une communauté de vision du théâtre.

Les metteurs en scène rencontrés dans ce second volet ont défini, pour la plupart, des esthétiques théâtrales très fortes qui les désignent comme les figures de proue du théâtre d'aujourd'hui (Robert Wilson, Ariane Mnouchkine, Dario Fo, Robert Lepage, etc.) Selon l'auteure, «ils accordent tous une importance prioritaire au corps, non que le texte soit absent de leurs préoccupations, mais l'on sent dans leur pratique que ce dernier passe avant tout par le corps de l'acteur pris dans une esthétique particulière de l'image et une économie de l'espace scénique».


Enseignement des arts

Les arts plastiques à l'école, paru sous la direction de Mmes Moniques Richard et Suzanne Lemerise, est né de leur rêve commun: celui de voir des images et des idées témoigner de l'énergie que déploient les enseignants et les chercheurs praticiens en enseignement des arts dans le milieu scolaire québécois. Une vingtaine de collaborateurs ont accepté de se lancer dans l'aventure, en partageant leurs réflexions sur la pratique de l'enseignement artistique et en témoignant, chacun à leur façon, de l'importance des savoirs d'expérience des enseignants dans le renouvellement de ce champ disciplinaire. En introduction, l'ouvrage propose un survol théorique et historique du postmodernisme en éducation artistique et offre un aperçu des pratiques québécoises qui déjouent les interdits de la modernité. Les chapitres sont ensuite organisés selon trois grands volets: la réflexion, la pratique en milieu scolaire et la recherche ancrée dans le milieu. En conclusion, un modèle ouvert de pédagogie artistique est proposé. Abondamment illustré et abordant des thèmes divers (interdisciplinarité, pluriculturalisme, féminisme, etc.), cet ouvrage s'adresse à quiconque est intéressé par l'enseignement des arts, du préscolaire à l'université. Les Éditions Logiques, 354 p.


Vivre un deuil

L'existence humaine est remplie de deuils consécutifs à des pertes significatives de personnes, de choses, d'espoirs... Cependant, il semble que les deuils liés à la mort volontaire d'un proche soient parmi les plus douloureux. Le suicide et le deuil s'adresse aux personnes qui vivent cette difficile expérience, ainsi qu'aux intervenants qui, par leur fonction, sont appelés à entrer en communication avec elles. Le premier but de l'ouvrage en est un de clarification générale. Il vise à fournir une meilleure connaissance du deuil et du suicide en tant que phénomènes spécifiquement humains, une compréhension plus appropriée de la personne suicidaire et de sa sensibilité, ainsi qu'une information plus adéquate sur les diverses étapes du deuil et du processus suicidaire. Le second objectif poursuivi par les auteurs, soit André Bergeron et Éric Volant, respectivement professeur honoraire et professeur associé à l'UQAM, est de proposer des moyens d'action, c'est-à-dire un ensemble d'attitudes et de stratégies grâce auxquelles une personne deviendra apte à assumer le deuil d'un proche aimé décédé par suicide, et à réinvestir sa vie de significations et de valeurs renouvelées. Paru aux Éditions du Méridien.