Volume XXV Numéro 6, 23 NOVEMBRE 1998
14/09/98 28/09/98 12/10/98 26/10/98 9/11/98 23/11/98 07/12/98
18/01/99 01/02/99 15/02/99 01/03/99 15/03/99 29/03/99 12/04/99
LA UNE

Déclaration universelle des droits de l'Homme
Un Congrès mondial en souligne les 50 ans!


Élection des doyens
Nguyen, Proulx et Riel ont franchi l'étape cruciale


SOMMAIRE DU NUMÉRO



Quelles avenues pour le mouvement communautaire?

Nouveaux programmes de deuxième cycle en kinanthropologie

Développer les habiletés langagières des jeunes enfants

Colloque annuel du TOXEN

Qu'en est-il de la formation en muséologie?

Dix ans au service des diplômés !

Provigo appuie la Chaire Philippe Pariseault

Don du gouvernement chinois

Colloque sur l'enseignement universitaire

Titres d'ici

SOUTENANCES DE THÈSE

VITE LU

Le Midi 15

Championnat canadien de soccer
L'équipe de l'UQAM décroche le Bronze


Centre de design
Images d'architectes

Développer les habiletés langagières des jeunes enfants
Quelques-uns des membres de l'équipe de recherche: à l'avant-plan, dans l'ordre habituel, Isabelle Perna, Julie Deslandes, Annie Lehoux, Mélanie Bigras et Marthe Bonin, coordonatrice. À l'arrière-plan, Gérard Malcuit et Andrée Pomerleau, responsables du projet, ainsi que Philippe Aubin-Lussier.

Une équipe de recherche du Laboratoire d'étude du nourrisson (LEN), rattachée au département de psychologie, a obtenu dernièrement une subvention du Conseil québécois de la recherche sociale (CQRS)1 afin de mettre en place, de concert avec les Centres jeunesse de Montréal, un programme d'intervention portant sur le développement des habiletés langagières du jeune enfant par le biais d'un mode de lecture interactive.

Communication et langage
Ce projet, intitulé Communication et langage de l'enfant et sa famille (CLEF), implique près de 200 participants. Il a pour objectif de favoriser le développement d'habiletés spécifiques de langage chez les jeu- nes enfants de 15 à 24 mois à l'aide d'un programme de lecture. Il s'agit de permettre à l'enfant, en particulier de milieu défavorisé, d'acquérir des habiletés de communication, la maîtrise d'un vocabulaire et la capacité de s'ex- primer de façon compréhensible. Pour ce faire, des périodes de lecture en compagnie d'un adulte, que ce soit en milieu de garde ou en milieu familial, sont prévues. Les habiletés ainsi acquises constitueront une base permettant à l'enfant d'accéder ultérieurement au monde scolaire avec les compétences langagières nécessaires.

Comme l'expliquent Gérard Malcuit et Andrée Pomerleau, responsables du projet et professeurs au département de psychologie, la lecture est une activité favorable à l'apprentissage du langage. En regardant des livres d'images avec sa mère, son père ou un autre adulte, l'enfant associe les images et les mots. De plus, il élargit son vocabulaire et améliore sa prononciation. Un autre objectif corollaire du programme consiste, expliquent-ils, à «créer des moments d'échange entre parents et enfants ayant des répercussions sur l'interactivité et les conduites affectives». Ainsi, l'activité de lecture devient un moment privilégié pour partager des instants de plaisir, tout en apprenant à mieux communiquer.

Des techniques de lecture
Le programme de lecture élaboré par le LEN propose aux parents, non seulement des livres qui ont peu de texte et qui permettent de parler librement des images que l'enfant regarde, mais aussi des techniques de lecture: de quelle façon obtenir l'attention de l'enfant et utiliser son intérêt ? Comment nommer les images et poser des questions ouvertes et générales ? Comment encourager son enfant et faire des liens avec sa vie? Etc. Par ailleurs, en milieu de garde, des livres appropriés sont offerts pour les périodes de lecture. Enfin, un entraînement aux techniques spécifiques de lecture est prévu auprès du personnel des garderies2, sans compter des visites de soutien.

Une action préventive
Dans certains cas, souligne M. Malcuit, le programme de lecture proposé peut aussi représenter un type d'action préventive et corrective: «Nous voulons utiliser la lecture comme un outil de développement intellectuel et cognitif, surtout avec les enfants issus de milieux défavorisés qui, à partir de l'âge de 18 mois, ont tendance à accuser un retard sur le plan des compétences langagières». Comme ces enfants manquent généralement de stimulation (absence de livres, casse-tête, etc., à la maison) il s'agit d'éviter, en quelque sorte, que l'écart entre eux et les autres enfants se creuse davantage.

«Notre matériel est attrayant, conclut M. Malcuit, et surtout, notre approche est basée sur des techniques simples, accessibles et généralisables».


  1. À noter que l'Institut de recherche pour le développement social des jeunes a également contribué au financement du projet.
  2. Le programme CLEF est déjà implanté dans six garderies de l'Est de Montréal. Le recrutement de nouvelles garderies participantes a débuté en septembre dernier.