Volume XXVI Numéro 9, 14 Février 2000
13/09/99 27/09/99 12/10/99 25/10/99 8/11/99 22/11/99
17/01/00 31/01/00 14/02/00 28/02/00 13/03/00 27/03/00 10/04/00
LES ARCHIVES
LA UNE

Le CA désigne Gilbert Dionne

La vie après 50 000 ans

Inauguration de la Faculté de science politique et de droit


SOMMAIRE DU NUMÉRO



Le CA désigne Gilbert Dionne

La vie après 50 000 ans

Une santé de fer pour la mer

Inauguration de la Faculté de science politique et de droit

Entreprises et milieu éducatif

L'intégration des chargés de cours

Création de l'École de travail social)

1760-1840 : une époque à redécouvrir

La maîtrise en art dramatique a 20 ans !

Boursiers en études littéraires

75 000 $ en bourses en écologie forestière

Des boursières qui ont de la branche!

Bourses de l'AUF

Un grand chef à l'UQAM

Portes ouvertes à l'UQAM

Vingt ans de recherche et de création

Colloque des diplômés en études des arts

Titres d'ici

VITE LU

SOUTENANCES DE THÈSE

Recherches en foresterie Des boursières qui ont de la branche!

Trois étudiantes de l'UQAM menant des recherches novatrices dans des domaines liés à la foresterie, titulaires d'une bourse d'études supérieures, se verront attribuer une aide supplémentaire de 5 000 $ par le Service canadien des forêts (SCF)1. Les lauréates sont Lidia Capece, Odette Lacasse et Catherine Ste-Marie, respectivement candidates à la maîtrise et au doctorat en sciences de l'environnement ainsi qu'au doctorat en biologie. En contrepartie de l'aide financière additionnelle qui leur est accordée - et ce pour une deuxième année consécutive - les chercheures ont accepté de mener leurs travaux en collaboration avec l'un ou l'autre des cinq centres du SCF.

Des recherches novatrices
Si le SCF appuie les travaux de Lidia Capece, c'est qu'il en résultera d'importantes données sur les changements climatiques et sur les feux de forêts. Comme l'explique l'étudiante, «les sédiments contenant des grains de pollen qui s'accumulent au fond des lacs au fil des ans nous permettent de déterminer quelles variations et quelles espèces de plantes ont formé la composition de la forêt. De même, l'analyse du charbon donne un portrait chronologique continu des feux sur une longue période ». De telles études s'avèrent fort utiles au SCF car elles permettent de mieux reconstituer le passé - interactions climat-feu-végétation ayant eu lieu il y a des milliers d'années -, mais aussi d'élaborer des modèles informatiques plus précis quant aux paysages de l'avenir, favorisant ainsi une meilleure planification en matière d'aménagement forestier.

Pour sa part, Odette Lacasse s'intéresse à l'évolution des perceptions et des interactions sociales urbaines-rurales au sujet de l'affectation des terres agricoles au Québec depuis 1960. Quels facteurs amènent certains organismes à se mobiliser pour prendre des mesures collectives? Pourquoi certains acteurs parviennent à collaborer, et d'autres pas? Quelles transformations politiques de l'environnement ont contribué à mettre l'espace rural au centre des actions de nombreux groupes ou citoyens? Pour le SCF, de telles recherches contribuent à une meilleure compréhension des attitudes et des comportements des collectivités à l'égard de l'exploitation et des retombées socio-économiques des ressources forestières.

Enfin, Catherine Ste-Marie étudie l'effet sur le cycle de l'azote des végétaux qui colonisent les stations forestières exploitées ou dévastées par le feu. « Je m'emploie à déterminer de quelle façon trois types différents de végétation - pin gris, tremble et ériacées - influent sur la quantité et la forme d'azote dans le sol ». L'azote, rappelle-t-elle, est un élément nutritif indispensable au sol qui limite la productivité des forêts dans la plupart des écosystèmes nordiques. « Mes recherches visent un aménagement des forêts qui cadre mieux avec la façon dont la nature fonctionne ». Sa recherche complète les études menées par le SCF en vue d'évaluer les conséquences à long terme de l'exploitation forestière sur la fertilité des sols et la productivité des peuplements dans la forêt boréale.

1. Le Service canadien des forêts de Ressources naturelles Canada est l'organisme responsable de la coordination des recherches et des politiques dans le domaine des sciences et de la technologie forestières. Son programme de Suppléments aux bourses d'études supérieures permet d'octroyer une aide additionnelle de 5 000 $ - renouvelable durant deux ans - à des titulaires de bourses de doctorat du CRSH (16 620 $) ainsi qu'à des étudiants recevant des bourses de maîtrise (17 300 $) ou de doctorat (19 100 $) du CRSNG. À noter que parmi les 17 boursiers choisis par le SCF cette année, cinq d'entre eux étudiaient au Québec, à l'UQAM dans la majorité des cas.