Volume XXVI Numéro 5, 8 NOVEMBRE 1999
13/09/99 27/09/99 12/10/99 25/10/99 8/11/99 22/11/99
17/01/00 31/01/00 14/02/00 28/02/00 13/03/00 27/03/00 10/04/00
LES ARCHIVES
LA UNE

En finir avec le sous-financement chronique

Georges Anglade honoré par l'UNESCO

Remise d'un doctorat honorifique à la Juge Louise Arbour


SOMMAIRE DU NUMÉRO

En finir avec le sous-financement chronique

Georges Anglade honoré par l'UNESCO

Remise d'un doctorat honorifique à la Juge Louise Arbour

Le CREFÉ, Centre d'excellence en recherche !

Un atout majeur pour le secteur financier québécois

Les aides familiales exploitées

Récent colloque sur l'État et les universités

Qu'est-ce que la communautique ?

Deux nouvelles concentrations en intervention sociale

Se chauffer sans se saigner

Implanter une école de nouvelles technologies en Afrique

Pourquoi si peu de candidates en politique ?

La linguistique à l'honneur sur le web

COLLOQUE
La question du génocide


Chapeau !
aux diplômés 1998-1999


Des étudiants de l'Équateur séjournent à l'UQAM

Bourses en sciences de la gestion

Élection du doyen de science politique et de droit

Un millier de jeunes au Camp scientifique UQAM

25 000 $ pour la Chaire Téléglobe Raoul-Dandurand

Titres d'ici

2001 : odyssée de la mode

Arts visuels Colloque interuniversitaire et exposition

Galerie de l'UQAM Narration, associations, mémoire

Golf universitaire Triomphe à Carleton

VITE LU

SOUTENANCES DE THÈSE

Pourquoi si peu de candidates en politique ?
Mme Évelyne Tardy, professeure au Département de science politique.
Pourquoi, parmi les femmes qui militent dans les partis politiques, la proportion de celles qui sont candidates aux élections est-elle inférieure à celle des militants qui deviennent candidats ? Telle est la question se trouvant au coeur d'une recherche dirigée par Évelyne Tardy1, professeure au Département de science politique, qui vient d'obtenir pour les trois prochaines années une subvention de recherche stratégique du CRSH.

Cette recherche reposera sur une enquête approfondie auprès d'un échantillon important de militantes et de militants des deux grands partis politiques provinciaux, le Parti Québécois et le Parti Libéral. « Elle se mènera, précise Mme Tardy, en partenariat avec des représentants de ces partis, ainsi qu'avec l'Association féminine d'éducation et d'action sociales (AFEAS) et le Conseil québécois du statut de la femme. Des organismes qui sont intéressés à connaître les causes de la sous-représentation politique des femmes ».

L'objectif principal consiste à identifier, analyser et comprendre les raisons pour lesquelles, aujourd'hui, peu de militantes, par rapport aux militants, posent leur candidature pour des postes électifs. Ce projet s'inscrit dans le prolongement de travaux antérieurs menés dans les années 80, sous la direction de Mme Tardy, sur les différences et les similitudes entre l'action des hommes et des femmes en politique, dans les partis municipaux, dans les syndicats et divers groupes de femmes au Québec.

Diverses hypothèses seront vérifiées tout au long de la recherche : 1) Les militantes des grands partis provinciaux font face à des contraintes spécifiques qui les découragent à poser leur candidature lors des élections provinciales. Des contraintes d'ordre social et d'autres qui relèvent du système politique lui-même et de la culture organisationnelle des partis; 2) Proportionnellement moins nombreuses à occuper des postes stratégiques dans leur parti, ces militantes sont aussi moins sollicitées que leurs collègues masculins de poser leur candidature comme députées; 3) Parmi les personnes invitées à poser leur candidature, les femmes sont proportionnellement plus nombreuses à avoir refusé de le faire, soit pour des raisons personnelles (famille, enfants, emploi), soit en raison d'un manque d'appui et de relations au sein du parti, ou encore d'un faible soutien financier; 4) Les militantes, toujours proportionnellement, privilégient moins un plan de carrière que leurs homologues masculins; 5) À un niveau hiérarchique plus élevé et pour des raisons différentes, les militants et les militantes sont peu favorables aux mesures d'action positive en faveur des femmes dans leur propre parti. Selon Mme Tardy, la recherche vise surtout à identifier des mesures concrètes pouvant faciliter les candidatures féminines. « Aucune autre recherche du même type n'a été réalisée au Québec et au Canada ».

Sur le plan méthodologique, 3 000 questionnaires, élaborés avec les partenaires, seront envoyés aux militants et militantes des partis. Des entrevues en profondeur seront menées avec ces derniers ainsi qu'avec des dirigeants des partis. Enfin, des documents des organisations politiques feront l'objet d'une analyse de contenu. « Notre démarche sera rigoureusement scientifique afin que les résultats de nos enquêtes ne puissent être contestés », soutient Mme Tardy. Quant aux retombées de la recherche, elles seront nombreuses : dossiers et recommandations pour les partenaires, articles pour les journaux et les revues scientifiques, série de conférences et publication d'un livre.

1. Parmi les collaborateurs de Mme Tardy, mentionnons M. Guy Bédard (UQAM), Mme Lucie Desrochers, M. Joël Gauthier, secrétaire général du Parti Libéral du Québec et Mme Lucie Papineau, députée du Parti Québécois.