Volume XXVI Numéro 8, 31 JANVIER 2000
13/09/99 27/09/99 12/10/99 25/10/99 8/11/99 22/11/99
17/01/00 31/01/00 14/02/00 28/02/00 13/03/00 27/03/00 10/04/00
LES ARCHIVES
LA UNE

Départ de la rectrice
Le CA devra se prononcer


L'UQAM reçoit 1,2 million $ de l'ACDI

Mesurer la performance des organisations


SOMMAIRE DU NUMÉRO

Départ de la rectrice
Le CA devra se prononcer


L'UQAM reçoit 1,2 million $ de l'ACDI

Mesurer la performance des organisations

Commission des universités sur les programmes

  • Architecture, urbanisme et design
  • Histoire et géographie
  • Spécialités périmédicales et paramédicales


  • Un Forum scientifique, artistique et professionnel

    Une autre Chaire à l'ESG

    Des programmes tout neufs en danse

    Chercheurs recherchés

    Le DESS en sciences comptables a fait ses preuves

    5 555 abonnés... ça se fête !

    Des stagiaires qui n'ont pas froid aux yeux

    L'ombudsman dépose son rapport

    Colloque sur la pratique artistique

    Conférences à la Chaire Bombardier

    Pédagogie de l'enseignement supérieur
    Une première cohorte de finissants


    Don à la mémoire de Sylvie Samson

    Titres d'ici

    La vraie nature de la photo

    SOUTENANCES DE THÈSE
    Le DESS en sciences comptables a fait ses preuves
    Lors de l'examen final uniforme (EFU) 1999 de l'Ordre des comptables agréés (CA) qui s'est déroulé à la session dernière, les étudiants et diplômés de l'UQAM en sciences comptables ont obtenu un taux de réussite supérieur à la moyenne nationale (72,7 %) et à la moyenne québécoise (79,5 %). En effet, 81,8 % d'entre eux - soit 18 des 22 candidats inscrits - ont réussi l'examen au premier essai.

    L'examen des CA 1999 constituait le premier test pour les candidats détenteurs du diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en sciences comptables. Mission accomplie, et de façon spectaculaire puisque le taux de succès des candidats en provenance de l'UQAM a fait un bond de près de 50 points, passant de 33 % l'an dernier à 81 % cette année. « En un an, c'est toute une remontée », constate le directeur du DESS, M. Yvon Houle, qui n'a pas ménagé les efforts pour réorienter le programme et conjurer la fuite des cerveaux. Plusieurs facteurs sont à l'origine de ce coup de barre. D'abord, le resserrement des conditions d'admission au DESS, dont l'obligation d'avoir maintenu une moyenne de 3,2 ou plus sur 4,3 au baccalauréat. Le contenu du programme a été consolidé, la préparation immédiate à l'examen renforcée par l'étude de cas multidisciplinaires. De plus, avant de pouvoir se présenter à l'examen de l'Ordre des CA, les candidats doivent avoir obtenu une note minimale dans chaque cours du DESS. Contrairement à d'autres universités qui recourent à une politique de sélection des candidats pour l'examen, l'UQAM n'a pas procédé de cette façon, ce qui rend les succès d'autant plus méritoires.

    À l'heure actuelle, le programme de DESS regroupe une cohorte de 37 étudiants. L'amélioration de la performance des diplômés de l'UQAM à l'examen national des CA contribue à rehausser sa réputation dans le milieu des affaires et dans les cabinets de comptables, et devrait inciter les étudiants à poursuivre leurs études supérieures à l'UQAM.