Volume XXV Numéro 2, 28 SEPTEMBRE 1998
14/09/98 28/09/98 12/10/98 26/10/98 9/11/98 23/11/98 07/12/98
18/01/99 01/02/99 15/02/99 01/03/99 15/03/99 29/03/99 12/04/99
LA UNE

Réorganisation de la Direction
Un vice-rectorat consacré exclusivement à la formation


Adoption du budget révisé
De nouvelles compressions qui s'élèveront à près de 2 M $



SOMMAIRE DU NUMÉRO

Fondation UQAM
Campagne de développement 1998-1999


Recherches de pointe en linguistique
Pour mieux dialoguer avec l'ordinateur


Nouvelle direction à l'École des sciences de la gestion

Forum sur la dimension plurielle de la société québécoise

Colloque le 2 octobre
Un fossé entre l'art actuel et le public ?


La formation de l'acteur au coeur des débats

Nouveau partenariat en tourisme

Concoursdes droits humains
Meilleure plaidoirie


Cocktail de la rentrée

La Fondation épaule seize nouveaux étudiants

Des étudiants japonais s'initient à l'animation 3D
Design graphique
Des étudiants qui se démarquent!


Médailles du Gouverneur général

Collation des grades en mode

LETTRE À L'UQAM
Où sommes-nous?


Faites marcher vos doigts

AVIS DE VACANCES ET APPELS DE CANDIDATURES

Doyenne, doyen de la Faculté des sciences

Doyenne, doyen de la Faculté des sciences humaines

Doyenne, doyen du Secteur (École) des sciences de la gestion

Doyenne, doyen du Secteur des lettres et communications

Recherches de pointe en linguistique

Pour mieux dialoguer avec l'ordinateur
Mme Anne-Marie Di Sciullo, professeure au département de linguistique.

Le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) accordait dernièrement à Mme Anne-Marie Di Sciullo, professeure au département de linguistique, une somme de 300 000 $ qui s'ajoute à une subvention de 1,5 M $ obtenue l'automne dernier. Celle-ci (1,8 M $ au total), la plus importante jamais accordée à l'UQAM par le CRSH, servira à financer, pendant cinq ans, un vaste projet de recherches en linguistique computationnelle mené par un réseau international de chercheurs1.

Les objectifs
Le projet abordera les relations asymétriques propres aux grammaires des langues naturelles et leur traitement par les systèmes de performance, de nature humaine ou technologique. L'objectif central consiste à faire avancer la recherche de pointe tant en linguistique fondamentale qu'en linguistique computationnelle.

On veut également que ces travaux, à caractère théorique2, entraînent des applications novatrices en matière de technologies de l'information afin de permettre d'augmenter la précision et l'efficacité d'un outil de recherche et de repérage de l'information couvrant les grandes bases de données francophones sur Internet. On cherchera, en fait, à pallier les limites des outils de recherche basés uniquement sur des méthodes statistiques et sur une logique qui n'est pas celle des langues naturelles.

Quelle utilité sociale ?
Comme le souligne Mme Di Sciullo, «on se rend compte que les résultats des requêtes posées aux systèmes d'information d'Internet restent souvent peu précis, trop volumineux et trop vagues, parce qu'ils sont fondés uniquement sur des relations logiques et de voisinage entre les mots recherchés3. Ils ne permettent pas d'obtenir des informations précises sur des sujets spécifiques. Toutes les autres relations entre les mots sont généralement exclues, y compris les relations sémantiques, syntaxiques et morpho-syntaxiques. Ce dont on a besoin, précise-t-elle, ce sont des systèmes de recherche de l'information qui intègrent et exploitent, dans les moteurs de recherche, les résultats des travaux en morpho-syntaxe et en syntaxe des langues naturelles». En d'autres termes, élaborer des méthodes de repérage de l'information basées sur les techniques de traitement automatique des langues naturelles.

On vise donc à augmenter l'efficacité des ordinateurs grâce, entre autres, au développement d'analyseurs (moteurs de recherche) qui travailleront sur la configuration générale des mots, soit sur leurs caractéristiques asymétriques. «Actuellement, explique Mme Di Sciullo, les analyseurs font de la recherche par mots-clés. Si, par exemple, on fait une recherche sur le "pingouin royal", on aura des textes où le mot "pingouin" est le plus fréquent, mais aussi des textes sur la royauté qui ne présenteront alors aucun intérêt ! Cela signifie que la recherche d'information doit se faire par configurations et non par mots singuliers». D'autres types d'analyseurs pourraient également permettre de dégager l'argumentation sous-jacente à certains textes (juridiques, scientifiques, etc.), ainsi que ses prémisses et ses conséquences.

Les retombées pratiques d'une telle transposition du langage humain au langage informatique pourraient être nombreuses: logiciels de traitement ou de traduction automatique de textes plus rapides, systèmes d'analyse et de confection de résumés, dictionnaires et correcteurs de textes plus sophistiqués, et même des CD-ROM pour l'apprentissage de différentes langues. Les applications technologiques seront réalisées en concertation avec, notamment, des spécialistes du MIT et par le biais de partenariats locaux et internationaux avec des centres ou des groupes qui ont atteint un niveau d'excellence dans le domaine, tel que le Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM).

«En améliorant la recherche de l'information, conclut Mme Di Sciullo, on facilitera la qualité et la rapidité d'accès aux connaissances. Et par le fait même, nous contribuerons à leur avancement».


  1. Le réseau comprend des chercheurs répartis dans sept universités canadiennes, ainsi que des spécialistes du Massachussets Institute of Technology (MIT) et d'autres universités américaines, européennes et arabes.
  2. Pour en savoir plus sur ces travaux théoriques concernant la linguistique fondamentale et computationnelle, voir dans le journal L'UQAM, «Subvention de 1,5 M $ pour un grand projet de recherches en linguistique», vol. XXIV, no 6, 17 novembre 1997, p. 1, ainsi que l'entrevue accordée par Mme Di Sciullo à la revue Interface, vol. XIX, no 5, septembre-octobre 1998.
  3. Ainsi, par exemple, les services de recherche de l'information les plus réputés sur Internet, tels que l'index Alta Vista et le catalogue Yahoo, se limitent aux mots et aucun traitement linguistique préalable n'est effectué.